Le projet pédagogique

Accueillir chaque enfant dans son individualité, sa différence et ses intelligences.

L’enseignant doit pour cela :

  • observer l’activité spontanée de l’enfant et chercher à la comprendre ;
  • définir la période sensible  (selon Maria Montessori) dans laquelle il se trouve pour lui proposer des activités en fonction de sa Zone Proximale de Développement *. Les apprentissages doivent se faire au moment opportun du développement de l’enfant et toujours dans la joie et le plaisir ;
  • proposer des activités prenant en compte l’apport de la recherche en neurosciences ;
  • développer les multiples intelligences * ;
  • prendre en compte la chronobiologie pour la réalisation de l’emploi du temps afin de respecter au mieux les périodes de concentration et d’attention des enfants (voir journée type) ;
  • respecter les besoins *  et le rythme * de chacun.

Rendre l’enfant autonome et responsable, organisateur de ses projets et de son travail.

  • Avant 6 ans, l’enfant acquiert à la fois identité et pouvoir d’agir sur le monde de façon autonome à travers le mouvement et l’action qu’il engendre, à travers le langage, les relations sociales et les expériences qu’il peut réaliser dans son environnement. L’école « Les Petites Pousses » part du principe que la connaissance ne peut se faire sans expérience sensorielle. L’enseignante va donc proposer aux enfants du matériel (le plus souvent auto-correctif ) faisant appel aux 5 sens (matériel Montessori, Froebel…) et seconder autant que possible les désirs d’activités de l’enfant (« faire pour apprendre », « aider à faire seul »);
  • A partir de 6 ans, l’école met en œuvre un projet pédagogique spécifique avec la mise en place d’une pédagogie dite active et coopérative. Cela permet aux enfants de construire leurs savoirs en travaillant dans un premier temps de manière individuelle puis en échangeant leurs stratégies mentales par petit groupe, afin d’élaborer  collectivement les règles à retenir. L’enseignante joue un rôle de facilitateur en proposant un cadre favorable à ce type de travail. La pédagogie coopérative part de l’observation que c’est en expliquant à un autre ce qu’il a compris, que l’élève l’intègre le mieux. Le plus souvent possible, l’enseignante va donc favoriser cette pédagogie de l’échange qui implique de la coopération.

Cultiver le désir naturel d’apprendre du jeune enfant 

Dans un souci de ne jamais marginaliser les enfants, l’école respecte les programmes de l’Education Nationale. Tout au long de sa scolarité, chaque enfant aura un livret de réussite qui permettra à l’enseignante de valider les compétences du socle commun, basées sur des connaissances relevant de 5 domaines d’enseignement, qu’un élève doit progressivement maîtriser pendant la scolarité obligatoire :

  • les langages pour penser et communiquer ;
  • les méthodes et outils pour apprendre ;
  • la formation de la personne et du citoyen ;
  • les systèmes naturels et les systèmes techniques ;
  • les représentations du monde et l’activité humaine.

Seules la progression et les modalités de mise en oeuvre différent du système classique. Pour susciter la curiosité, la motivation et donner du sens aux apprentissages, elle met l’accent sur …

  • les pédagogies actives (Montessori, Froebel, Manson, Decroly…) ;
  • l’expérience sensorielle (même après 6 ans) ;
  • le jeu *;
  • les ateliers pédagogiques (arts, jardinage, cuisine, discussions à visée philosophique…) ;
  • le travail par projets transversaux et plan de travail individuel sur 15 jours (à partir de 6 ans) ;
  • la créativité *.

Par le biais de cette envie d’apprendre, l’élève va pouvoir s’enrichir de notions d’orthographe, de grammaire, de mathématiques, d’histoire et bien d’autres.

Cultiver l’empathie (envers soi-même et les autres)

  • Utilisation de la Communication Non Violente par l’équipe enseignante pour s’adresser aux enfants mais aussi entre enfants notamment pour résoudre les conflits sans violence ;
  • Règles de classe co-créées ;
  • Exprimer ce que l’on ressent (Gestion des émotions) ;
  • Discussions à visée philosophique ;
  • Méditation, relaxation * chaque matin après les rituels ;
  • Brain-Gym pour favoriser la concentration.

Développer la confiance en soi

  • Encourager  l’enfant à faire et à refaire ;
  • L’amener à dire ce qu’il sait et ce qu’il ne sait pas ;
  • Mettre l’accent avant tout sur les réussites plutôt que sur les échecs ;
  • Valoriser l’erreur * et la considérer comme une étape de l’apprentissage, utile  pour progresser ;
  • Proposer un accompagnement et une évaluation (par compétences, sans notes) individualisés pour respecter le rythme d’apprentissage de chacun ;
  • Mettre en place un cahier de réussite individuel *;
  • Favoriser l’oral et la prise de parole dans un climat de confiance.

Mélanger les âges pour donner aux plus jeunes un modèle d’identification et permettre aux plus âgés de renforcer leurs connaissances et leur confiance en soi, en aidant et respectant les autres.

  • Classe unique de 6 enfants maximum, âgés de 3 à 11 ans ;
  • Jeux collaboratifs ;
  • Ateliers pédagogiques en groupe pour fédérer les enfants.

Comprendre son environnement et le monde qui l’entoure

  • Besoin de nature * respecté (une école différente : activités nombreuses dans le jardin, sortie hebdomadaire dans les bois, récréation dans un jardin, jardinage) ;
  • Sensibilisation au respect de l’environnement, faire de l’élève un éco-citoyen (réduction des déchets, économiser les ressources telles que l’eau et le papier, sensibilisation à une cuisine saine par le biais d’ateliers cuisine, le jardinage et un goûter bio) ;
  • Eveil aux langues, à la musique et à l’art ;
  • Ouverture/échanges vers l’extérieur par le biais de sorties ;
  • Développer l’esprit critique.

* voir les articles de la partie blog